Accueil   L’école   Présentation

Présentation

Bienvenue à l'école du Grand Bé - Saint-Malo intra-muros

Bienvenue à l’Ecole du Grand Bé

Bercée par le bruit des vagues et l’Histoire des Corsaires, l’Ecole du Grand Bé est située en plein cœur de la vieille ville de Saint-Malo, à proximité de la plage, du centre nautique et de l’îlot du même nom.

Comme vous le savez, les années de scolarité maternelle et élémentaire sont déterminantes pour l’avenir de chaque enfant. L’école primaire est un lieu d’instruction où pourront s’épanouir la personnalité, le sens des responsabilités et l’autonomie qui permettront à l’enfant de vivre et d’agir dans la société avec les autres.

L’enseignement dispensé dans notre groupe scolaire permet à l’enfant de développer créativité, motricité, socialisation, connaissances, savoir-faire, savoir-être et savoir restituer.
Avec l’équipe enseignante et les parents porteurs de ce site, nous souhaitons valoriser les productions des élèves et renforcer les liens avec nos partenaires, en premier lieu les parents d’élèves, qui ne manquent pas de soutenir les actions mises en œuvre dans le cadre de nos différents projets au sein de l’école.

Un peu d’étymologie

Un peu d'étymologie - L'école doit son nom à l'ilôt du Grand Bé situé au large de Saint-Malo

Le Grand Bé (ou Grand Bey) est cet îlot que l’on peut rejoindre, à marée basse, par la plage de Bon Secours. Un peu plus loin derrière se trouve le Petit Bé. Tous deux construits au XVIIe siècle, ils avaient pour vocation la défense de Saint-Malo, en passe de devenir le premier port du pays.
Il ne reste rien des bâtiments construits par Garangeau, mais sa situation stratégique lui valut d’être utilisé par les Allemands lors de la Seconde guerre mondiale : une batterie lourde y fut installée, en grande partie détruite par les bombardements américains.
Le Grand Bé est aujourd’hui plus connu pour abriter la tombe de François-René de Chateaubriand. L’écrivain avait émis cette idée dès 1823 mais n’en fit la demande officielle que 5 ans plus tard. D’abord réticente, la municipalité de Saint-Malo finit par accéder à sa demande. Mort à Paris le 4 juillet 1848, Châteaubriand est inhumé 14 jours plus tard face à la mer, à l’ouest de l’îlot.
Conformément à son souhait, la pierre est anonyme : « Point d’inscription, ni nom, ni date. La croix dira que l’homme reposant à ses pieds était un chrétien : cela suffira à ma mémoire. »